Martine Carpentier de l’AVAN Plongée

0 Flares Filament.io 0 Flares ×
  • Âge : 68 ans
  • Situation familiale : 3 enfants et 5 petits-enfants
  • Habite : Avelin depuis 1982
  • Profession : à présent à la retraite, elle a fait toute sa carrière au sein de la Banque de France.

Spor’ama : Vous êtes vice-présidente  de l’Association Villeneuvoise des Activités Nautiques Plongée, plus connue sous le nom d’AVAN Plongée.Pourriez-vous nous présenter ce club  en quelques mots ?

Martine CARPENTIER : En 2007, j’ai effectué un stage dans le cadre de mes études d’éducatrice spécialisée à l’IEM Marc Sautelet. Ma maîtresse de stage, qui s’occupait de l’activité foot fauteuil, m’a fait découvrir cette discipline.

Les premiers balbutiements de la plongée à Villeneuve d’Ascq remontent à 1978 et il y avait à cette époque 25 adhérents. Cet effectif a fluctué depuis entre 130 et 200. Sa participation aux différentes manifestations sportives de la ville est devenue, et est toujours aujourd’hui, l’une de ses activités incontournables.

J’en ai été présidente en 2009, la seule femme ayant occupé ce poste. 

Outre la plongée, le club s’est décliné au fil des ans en diverses commissions : photo-cinéma, biologie, technique, médicale, nage avec palmes, hockey sous-marin. 

Aujourd’hui, c’est une section apnée qui se développe au sein du club. La plongée est une activité qui nécessite l’intervention de nombreuses personnes, tant moniteurs, (les formations exigent parfois un encadrant pour un “élève”), que bénévoles pour gérer non seulement la vie du club mais aussi un matériel lourd, coûteux, et dont l’entretien doit être fait selon des règles et des délais très rigoureux.

La vie du club s’organise dans le souci de former des plongeurs responsables grâce à 26 encadrants qualifiés et attentifs tout aussi investis que 10 bénévoles qui veillent à son bon fonctionnement dans un esprit de franche camaraderie.

S : Que représente pour vous « être vice-présidente  d’un club » ?

M.C. : Mon rôle consiste à veiller à la cohésion au sein des adhérents, des membres du bureau, des encadrants, mais aussi à représenter le club auprès des organismes sportifs municipaux, tels que l’OMS dont j’ai été membre du Comité Directeur en 2009 et auprès duquel j’ai beaucoup appris.

Etre particulièrement attentive au fait que les informations circulent bien (cela est primordial pour un bon fonctionnement), veiller à ce que le règlement soit bien respecté, pallier au remplacement du Président lors des ses (rares) absences font également partie de mes fonctions au sein du club.

Cela implique une écoute attentive et bienveillante, mais aussi un caractère ferme, en veillant à  s’entourer des personnes qui détiennent une compétence dans chaque domaine, et enfin une très grande disponibilité qui m’amène, en certaines périodes de l’année, à effectuer bénévolement un travail à temps plein.

S : Pouvez-vous nous citer une ou deux actions significatives menées au sein de l’AVAN Plongée dont vous êtes particulièrement fière ?

M.C. : Je suis fière, tout simplement, d’apporter ma pierre à l’édifice quand je regarde tout ce petit monde rassemblé sur les sites de plongée, d’entraînement, lors des voyages club, pour vivre pleinement et dans la bonne humeur une passion commune. Ou lorsque je vois le nombre de jeunes formés aux différents niveaux de plongée venir fièrement fêter leur passage de niveau, résultats de l’investissement et du temps passé par les encadrants, les membres du bureau et autres bénévoles.

S : Avez-vous un parcours sportif ?

M. C. : Houla !!!! Je me souviens, l’année de mon bac, avoir pratiqué jusque 17h de sport par semaine. Entre la gym de compétition, l’association sportive du lycée, le canoë-kayak, la natation et les entraînements en athlétisme, le dimanche matin, par tous les temps, au stade de Oignies, dans l’équipe d’un certain Guy DRUT, le temps passait très, très vite !

Aujourd’hui, je m’entraîne encore en piscine (lorsque mes activités au sein du club me le permettent) et je plonge encore (par temps favorable). Je pratique également la marche rapide, la randonnée.

S : Quels sont vos meilleurs souvenirs avec l’AVAN Plongée ?

M. C. : Les entraînements en comité restreint le jeudi matin sur un site de plongée pour préparer le niveau 2,  une plongée sous la glace.

Mais le souvenir qui me suivra toujours et qui me fait encore frissonner est une plongée au cours de laquelle nous sommes allés à la rencontre des majestueuses raies Manta, un autre monde… un monde magique.

S : Quels sont vos projets, vos ambitions pour votre club ?

M. C. : Mes ambitions pour le club ? Une section apnée s’est beaucoup développée depuis deux ou trois ans ; je souhaite que nos compétiteurs accèdent à un rang digne de leur forte implication dans cette spécialité.

Mais mon ambition principale est que mon club soit reconnu comme l’un de ceux où il fait bon vivre, s’épanouir dans sa passion, entouré d’une équipe de bénévoles dynamiques et à l’écoute, et où chacun peut progresser grâce à des formations de qualité dispensées par des encadrants tout à la fois sérieux, rigoureux et que l’on retrouve avec grand plaisir.

S : Pouvez-vous nous dire comment vous en êtes venue au bénévolat et ce qu’il représente pour vous ?

M. C. : Je pense que le bénévolat est une partie de votre personnalité. On n’y “vient pas”, on est naturellement à l’écoute de son prochain, prêt à aider ; on éprouve le besoin de se sentir utile, et le hasard fait le reste.

Au sein du club, j’ai commencé par aider la secrétaire administrative, puis je l’ai remplacée et ai ensuite occupé différents postes.

Le bénévolat m’a appris beaucoup de choses, notamment dans la gestion, les administrations, les lois qui les régissent, mais surtout sur la nature humaine.

Et puis, cela m’oblige à me bouger, à me remettre en cause, mais surtout me rend très fière de la confiance qui m’est accordée.

S : Avez-vous une citation, une image, qui illustre votre engagement  à l’AVAN Plongée ou d’une manière plus générale dans le bénévolat ?

M. C. : Des images… J’en ai des dizaines. Je dirais simplement que dans chaque regard qui pétille pour un diplôme, une victoire obtenue, dans les éclats de rire au sein des groupes réunis pour une sortie ou une manifestation, dans l’amitié qui règne lors des réunions festives du club, j’ai une petite part, si infime soit-elle.

Pour consulter les articles de Spor’ama en version numérique, cliquez ici.

Pour consulter les numéros en ligne, cliquez ici.

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 Email -- Filament.io 0 Flares ×